lundi 16 octobre 2017

Histoire de l'Art // TCV

Cours // 10 / L'après Impressionnisme
  • Travail du jour : Lecture de documents et prise de note
  • Durée : 2h — Séance n°1 {2h
  • Absent : Aucun          Retard : Aucun


Introduction

Le postimpressionnisme n’est pas un mouvement mais c’est une période que l’on situe entre 1880 et 1910. Plusieurs mouvements, groupes et artistes indépendants évoluent en parallèle. Cette effervescence tend vers la rupture définitive avec l’art Classique et donne naissance à l’art moderne : fauvisme, expressionnisme, cubisme, abstraction, etc.


1- Le divisionnisme

Entre 1884 et 1886, Georges Seurat peint « Un dimanche après-midi sur l’ile de la Grande Jatte ». Il crée et devient le chef de file d’un nouveau mouvement : le néo-impressionnisme ou divisionnisme.

Pour renouveler et dépasser les recherches sur la couleur des impressionnistes, les divisionnistes appliquent avec systématisme les théories optiques du chimiste Chevreul. L’art rencontre la science dans une approche mathématique de la technique picturale (fin de la sensation spontanée impressionniste).

Les néo-impressionnistes « divisent » à l’extrême la touche picturale pour juxtaposer des points de couleur primaire. Vus de loin, les couleurs se mélangent dans l’œil du spectateur qui aperçoit finalement les tons secondaires (des points jaunes et rouges associés donnent une couleur orangée). Paul Signac et Henry-Edmond Cross sont les autres artistes majeurs de ce courant.





2- Autour de Gauguin, l’école de Pont Aven et les Nabis
Gauguin expose chez les impressionnistes mais se distingue rapidement par son intuition picturale et l’invention de la technique du cloisonnisme : la couleur est posée en aplat, le dessin cerne les contours (réf. estampe Japonaise). En 1886, Gauguin et de jeunes peintres dont Emile Bernard, se réunissent dans un village de Bretagne. Ils y peignent ensemble des scènes de genre et fondent l’école de Pont Aven. Leur peinture est vive, les compositions en arabesque et l’espace réduit à 2 plans.

Gauguin rejoint Van Gogh à Arles (école du Midi). Il y invente une peinture simplifiée et écartée de tout réalisme : le synthétisme (christ Jaune, sol rouge). Il séjourne ensuite dans les îles du Pacifique (Tahiti, Îles marquises). Il y poursuit ses recherches sur le dessin primitif et sur la puissance de la couleur. Dans ce contexte paradisiaque, loin de l’Europe, Gauguin veut retrouver les fondements de l’art.

Pendant ce temps à Paris, un groupe d’artistes fasciné par le travail de Gauguin le place au rang de « prophète » (Nabis en hébreu). Ce groupe constitué de Paul Sérusier, Pierre Bonnard ou Edouard-Jean Vuillard refuse le réalisme et la peinture imitative. Les nabis ont une démarche ésotérique en voulant trouver un nouvel élan spirituel au moyen de l’art.